mercredi, décembre 7, 2022
Homejeux de cartesLes jeux à emporter dans vos valises !

Les jeux à emporter dans vos valises !

La période estivale approche. Bientôt, vous fermerez la porte de votre bureau sans regret, avec la sensation du travail bien fait. Les valises seront prêtes, les enfants surexcités vous attendront devant la maison. La route s’ouvrira à vous, direction les cocotiers, la montagne, la maison de papy – mamie ou une cabane dans les arbres. Avant cela, il vous faudra affronter les bouchons, les enfants qui chouineront en mode  « c’est quand qu’on arrive », la chaleur  « parce que bon, la clim, c’est pas très bon pour la santé ». A l’arrivée, il faudra encore vider le coffre, prendre possession des lieux en maîtrisant (encore) les enfants qui voudront maintenant que Papa joue avec eux, alors que depuis 2 heures, une seule idée vous obsède : vous assoir derrière la table du salon et profiter de l’un des jeux que vous aurez emmenés avec vous, une bière fraîche à portée de main.

Rembobinage : Veille de départ, la valise est vite terminée : 3 maillots de bain, 5 t-Shirts et autant de shorts, quelques caleçons (parce que les slips, c’est has been), une petite laine pour les soirées un peu fraîches et basta ! Vient alors le moment difficile, le cas de conscience… Vous n’avez pas investi dans un sac de transport pour vos jeux (pauvre fou !) et votre choix dans les boîtes que vous allez emmener doit être raisonné et réfléchi. Vous vous retournez vers votre étagère préférée, une goutte de sueur sur la tempe, prêt à affronter ce dilemme cornélien : allez-vous choisir un gros jeu qui vous fera l’ensemble des vacances ou multiplier les petites boîtes qui vous procureront un plaisir instantané ?

Gageant que c’est la seconde option que vous choisirez, l’équipe de Plateau Solo s’est mise en quatre pour brainstormer et vous proposer une shortlist des jeux qui composent notre sac à dos idéal lorsque la place vient à manquer dans le coffre de la voiture

Le sac à dos de Hervé

Mini-Rogue est un dungeon crawler qui tient dans une boîte minuscule et dont la mécanique repose sur un (petit) tas de cartes qui composeront aléatoirement une succession de donjons de 8 cartes qui vous plongera de plus en plus profond sous terre pour défaire le Maître des lieux après vous être confronté à un bestiaire qui en veux visiblement à votre peau !

Incarnez un mage, un guerrier, un voleur, un clerc entre autres figures d’Heroïc Fantasy et utilisez au mieux vos capacités, les objets que vous collecterez sur votre route ou vos compagnons pour tenter de ressortir vivant de cette aventure épique et toujours agréable.

A noter qu’une extension existe et ajoute quelques salles, mais surtout aussi un mode scénarisé qui apporte du liant au jeu de base qui en manquait cruellement. Pour le prix du « all-in », ce serait dommage de s’en priver !

Vous aimez les jeux videos des années 90 ? Vous êtes amateur de Pixel Art ? Vous êtes à la recherche d’un jeu avec peu de matériel qui vous propose un challenge important, un maximum de rejouabilité, une bonne courbe d’apprentissage et un soupçon de hasard ?

Level 10 édité récemment par Matagot reprend la thématique des jeux de plateformes de l’époque Megadrive et Super Nintendo en vous proposant d’arriver au terme de 5 environnements différents en affrontant une difficulté… épique !

Dans Level 10, vous devez défausser toutes vos cartes et vider la pioche en totalité en posant carte après carte, colonne après colonne, dans un ordre croissant de valeur. Quelques cartes vous permettront de vous sortir d’un mauvais pas, mais croyez-nous, il ne sera pas aisé de réussir ce défi, même sur le niveau de difficulté le plus faible…

Allez, je dois me confesser, j’ai un peu triché… la boîte de Goblivion est un peu plus grosse que celle de Level 10 ou de Mini Rogue, mais très honnêtement, je ne me vois pas vous laisser partir en congés sans prendre avec vous ce qui est, selon moi, l’un des meilleurs Deck Building solo du moment.

Dans Goblivion, vous formez des paysans au dur métier de soldat pour défendre votre royaume pris d’assaut par une horde de Gobelins et de Trolls. Là encore, le défi ne sera pas simple à relever, vos paysans ayant plus d’aptitudes à patauger dans le fumier qu’à tenir une épée. Mais à force de persévérance, vous parviendrez peut-être à défaire les chefs de tribus ennemies et à ramener la paix sur le royaume de Goblivion.

Mise en place rapide, règles simples, grande rejouabilité, clairement un must have, d’autant que l’auteur nous a récemment chuchoté qu’une extension arriverait prochainement. On a hâte !

  • Encore un peu de place ?

Ok, on avait parlé de petites boîtes. Mais puisque je suis le Chef, et que les joueurs solo ne sont pas des gens raisonnables, n’hésitez pas à mettre Under Falling Skies sur la plage arrière, ou sous votre siège. Il serait assez dommage de se passer du meilleur jeu solo du moment par faute de place non ?

Le baluchon de Shilag

  • Aerion

Pour commencer les vacances en douceur et en poésie, une sucrerie pleine de charme : Aerion, le dernier né du duo Shadi Torbey et Elise Plessis (au pinceau pour les illustrations) vous fera découvrir (ou vous ramènera avec ravissement) dans l’Onivers de cet auteur que nous affectionnons depuis des années. Depuis Onirim en 2010, Shadi Torbey est fidèle à son projet, et dans Aérion, cette fois, il nous invite à construire des machines volantes improbables avec une mécanique inspirée du yahtzee.

Comme d’habitude, la mécanique de base est simple : lancer les dés, acquérir les composants nécessaires (des cartes) pour construire son aéronef, recruter le bon pilote et faire décoller son engin ! Le tout pimenté par la possibilité de défausser des cartes pour faire des relances, mais attention, vos cartes, ce sont aussi le temps qui passe ! Et bien entendu, si vous n’avez plus de temps, la partie est perdue.

Jeu rapide, passe-partout, superbement illustré, avec 6 extensions incluses dans la boîte pour pimenter l’expérience. Une magnifique façon de démarrer les vacances !!

  • One deck Dungeon

Mais les vacances, c’est aussi l’aventure, les vieilles pierres (pardon le patrimoine), les ruines inexplorées, les donjons sordides et les cris sinistres de monstres nocturnes qui y rôdent (ou bien une chouette dans la grange d’à côté si vous avez un peu moins d’imagination). Si vous en avez marre de ces créatures tapies dans l’ombre, alors rien que tel qu’un ‘dungeon crawler’ de poche pour exorciser vos cauchemars.

One deck dungeon, c’est le porte-monstre-trésor idéal pour les vacances, à condition quand-même d’avoir envie de se remuer un peu les méninges. Car oui, on y lance des brouettes de dés pour éliminer des bestioles errantes, mais il va falloir optimiser pour avoir une chance d’arriver au boss final.

Un jeu de combo, très malin, dans lequel vous allez devoir optimiser votre personnage au mieux pour affronter les dangers de plus en plus intenses au fur et à mesure de votre progression dans le donjon (un deck de cartes).

Si un gros orage éclate, que de gros nuages sombres viennent obscurcir votre journée, alors l’ambiance est idéale pour invoquer une troupe de marines et aller affronter des aliens. Ce petit jeu de cartes est la quintessence de la gamme warhammer 40k : supprimer les hordes de figurines, les plateaux immenses, simplifier la mécanique à l’extrème pour que le choix à chaque tour se résume à choisir une carte d’actions par escouade, et vous avez Space Hulk Death Angel.

Par contre, ne vous y trompez pas, l’essence du jeu d’origine est conservée : un jeu punitif, avec des vagues d’aliens qui semblent incontrolables, une équipe de marines menacée dont beaucoup succomberont, et des jés de dés qui décideront de votre destin, le plus souvent funeste…

Donc à réserver plutôt à ces moments gris, quand la journée est de toute façon foutue… car vous ne trouverez aucun réconfort dans ce jeu. Ne cherchez pas, il est plus fort que vous !

La sacoche d’Octavie

  • Palm island

Palm island est un jeu de Jon Mietling édité par Nuts Publishing qui réussit le pari d’être jouable absolument partout, en tenant la totalité du jeu dans la main, sans table, sans rien ! Juste une main qui tient les cartes et l’autre main qui les manipule. D’où le nom de Palm island faisant aussi bien référence à la paume de la main qu’aux palmiers de l’île !

En effet, dans Palm island, vous cherchez à vous développer sur une île tropicale. Pour cela, vous collectez des ressources (poisson, bois ou pierre), vous construisez et améliorez des bâtiments de production ou de commerce, mais aussi des habitations ou encore des lieux de culte…. Tout cela avec 17 cartes que vous faites défiler dans votre main ! Vous regardez les deux premières cartes de votre main et vous en choisissez une à jouer. Chaque carte peut être jouée de 3 manières différentes pour stocker les ressources qu’elle propose (en l’inclinant à 90°) ou l’améliorer (en la retournant recto-verso ou en la pivotant tête en bas), ce qui demande de consommer les ressources stockées en redressant les cartes demandées. Dès qu’une carte est jouée (ou si on souhaite la passer), on la bascule tout simplement à la fin du deck, et on continue avec les deux cartes suivantes.

Une carte de décompte des tours permet de suivre le fil de la partie jusqu’à la fin de la huitième manche. Alors on compte les points et il s’agit de faire le meilleur score possible… Mais ce n’est pas tout ! Le jeu inclue une liste de défis à relever pour débloquer de nouvelles cartes afin d’améliorer son deck lors des parties ultérieures : conque de l’honneur, statue de la confiance, dent de la bête… Autant d’artefacts intéressants mais parfois difficiles à débloquer !

Qui n’a pas rêvé d’une vie calme et paisible sur une île déserte sous les tropiques ?… Dans Vendredi, un jeu de Friedmann Friese édité par Filosofia, vous incarnez Vendredi. Vous êtes un humble ermite qui se voit soudain promu mentor d’un Robinson Crusoé échoué sur votre île. Votre but est de l’aider à vaincre les périls de l’île, s’équiper et gagner en expérience pour réussir à quitter votre île… Ainsi, vous pourrez reprendre votre vie et couler les jours sauvages et solitaires auxquels vous aspirez.

Vendredi est un jeu de deck building dans lequel vous disposez de 3 piles de cartes : un deck de cartes Robinson (très mauvais en début de partie), un deck de périls à affronter avec un niveau crescendo de difficulté, et un deck de méfaits du temps. Pendant un tour de jeu, vous affrontez un péril grâce aux cartes de votre deck Robinson. En cas de succès, la carte péril rejoint la défausse de cartes Robinson. En cas d’échec, on peut utiliser des points de vie pour épurer le deck Robinson ou pour piocher de nouvelles cartes… Lorsque le deck Robinson est épuisé, la défausse est mélangée pour constituer un nouveau deck renforcé par l’expérience des périls vaincus, mais aussi altéré par l’ajout d’un méfait du temps qui rend Robinson fatigué, déprimé, sénile… Quand les périls de l’île sont gérés, c’est le moment pour Robinson de quitter l’île, sous réserve de vaincre les deux pirates qu’il croisera en mer… Un dernier challenge bien relevé dont le succès dépendra de la qualité du deck constitué au fil de la partie.

Si vous aimez que vos vacances soient culturelles, riches en visites de musées, lectures et découvertes diverses et variées, alors n’hésitez pas, emportez les Pierres de Coba ! Ce petit jeu édité par Oldchap games vous immerge dans la mythologie maya. Vous découvrez que l’équilibre des forces est brisé depuis que les humains ont rompu le lien mystique qui les reliait jadis à leur grande mère cosmique. Avec l’aide de différents esprits mayas, les alux, vous vous lancez donc dans une longue quête, la quête des pierres de Coba.

Pour cela, vous disposez d’un petit livret de quête comprenant 50 défis à relever grâce à 7 dés blancs identiques dont les faces correspondent à différents personnages. Chacun a sa propre valeur et le but du jeu est de partager l’ensemble des dés en deux groupes égaux, de façon à ce que l’équilibre des forces soit parfait… mais certains personnages sont versatiles et leur valeur est changeante selon les circonstances. Cela promet une succession de casse-têtes toujours plus complexes au fil des rencontres. La quête conduit aussi au déblocage de dés noirs qui offrent davantage de subtilité au jeu. Les Pierres de Coba est donc un excellent compromis entre casse-tête et narration, avec une progressivité bienvenue des règles du jeu.

Ceci dit, si vous êtes plus attirés par les guerriers bourrus en peau d’ours des fjords glacés que par les alux coiffés de plumes de la forêt tropicale maya, pas de problème ! Par Odin est un jeu comparable dans l’univers de la mythologie scandinave.

  • Et s’il vous reste un peu de place ?

La boîte est un peu plus grosse que pour les jeux précédemment cités, mais il faut toujours garder un peu de place pour ou deux dinosaures dans sa valise ! Demeter est un flip’n write édité par Sorry We Are French dans lequel vous étudiez la lointaine lune de Demeter en vue d’y établir une colonie. Or, cette lune est peuplée de créatures fort semblables aux dinosaures qui peuplèrent la terre jadis : gallimimus, raptors, T-rex… Concrètement, vous disposez d’une fiche présentant les différents environnements de ces dinosaures que vous coloriez au fil de vos découvertes. Pour mener à bien votre mission, vous pouvez également recruter des scientifiques, progresser dans la recherche, établir des centres d’observations, compléter des carnets d’observations… Le score que vous obtiendrez en fin de partie vous indiquera le succès de votre mission. En retirerez vous gloire et notoriété ?

La besace de Narsha

Si vous êtes du genre à aimer gribouiller, tout en optimisant vos points, Railroad Ink est fait pour vous ! C’est un roll & write édité par Horrible Guild qui propose 4 versions de base (rouge, bleu, vert et jaune, un peu comme Pokémon). Chaque boîte permet de jouer au jeu en mode classique, ou de lui ajouter une extension pour ajouter un peu de fun et/ou de challenge à vos réseaux routiers et ferroviaires. Car c’est là votre objectif : proposer un réseau aux habitants d’une petite région de 7×7 cases, en fonction des faces des dés que vous allez tirer. Mais attention à ne pas vous bloquer : chaque erreur ou réseau non terminé vous retirera des points ! Alors à vos plans !

Un peu plus atypique, Crypt est un jeu méconnu d’Andrew Nerger et Jeff Chin édité en anglais chez R2I (Road to Infamy) et traduit en français par Ôz Editions. Ici vous incarnez l’héritier du roi, mort de n’avoir pas pu vous rencontrer mort et enterré avec ses trésors. Bien décidé à entamer votre règne sous de meilleurs hospices, vous décidez d’envoyer vos serviteurs piller nuit après nuit la crypte mortuaire afin d’en ramener les trésors. Crypt est un jeu de collection de cartes et de placement de dés à la mécanique originale : à vous de décider quel risque vous prendrez à chaque tour pour tenter de maximiser vos gains. La question étant : ressortirez-vous riche de cette aventure ?

Que pensez-vous de notre monde actuel ? Êtes-vous satisfait de ce que nos politiques et nos hommes de pouvoir font de nos sociétés ? Et si on faisait un bond dans quelques dizaines d’années, quand tout s’écroule et qu’il ne reste qu’une poignée de grosses villes gérées par des leaders avides de pognon. Ce pitch, c’est celui d’Egocentric world, un jeu édité chez Borderline Editions pendant le premier confinement !

Egocentric World est une petite pépite créée par Julien Vaucanson et François Bergeron, et illustré par l’artiste engagé Ultra NAN. Proche dans son fonctionnement du Tamalou, vous dirigez une ville qui cherche à devenir plus vertueuse en se libérant peu à peu de son égocentrisme. Facile à prendre en main, mais avec une petite dimension stratégique, ce jeu de carte facilement rejouable mettra vos neurones en ébullition, tout en vous sensibilisant aux dérives de notre monde actuel.

Et si vous cherchez un autre jeu original chez Borderline Editions, n’hésitez pas à découvrir le très attirant Kluster, un jeu avec des aimants. Au cas où il reste un peu de place dans votre besace.

Bonnes vacances !

Evidemment, cette petite sélection n’est pas exhaustive. Evidemment, nous aurions pu y rajouter nos énormes coups de coeur de ces derniers mois (sprawlopolis, The Road, Spirit of Eden, Aetherya et PLEIN d’autres), mais cette petite sélection éclectique devrait permettre à chacun de s’y retrouver, du plus néophyte au plus expérimenté, de celui qui cherche un jeu rafraîchissant à jouer à l’apéro à celui qui veut se lancer dans une aventure un peu plus immersive au retour de la plage ou quand la canicule tape trop fort.

N’hésitez pas, dans les commentaires, à donner vos avis, votre sélection à vous, les jeux qui sont incontournables à emmener dans vos valises… qui sait, peut être que vous nous ferez découvrir des petites boîtes à essayer… et à tester !

Plateau Solo reste mobilisé durant cette période estivale pour vous abreuver de tests sur les jeux solo (nouveaux ou plus anciens) ! N’hésitez pas à nous envoyer en message privé, sur instagram ou sur notre channel Discord vos meilleures photos de vacances ludiques pour partager ensemble la passion du jeu solo… les pieds dans l’eau !

A très vite 🙂

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

RELATED ARTICLES
Continue to the category

Les plus vus

Vos commentaires