mercredi, mai 25, 2022

The Road

Rando en milieu hostile

Le ciel est bas, les températures baissent de jour en jour, l’équipement que nous portons pèse de plus en plus lourds sur nos épaules accablées par la fatigue et la lassitude qui nous assaillent depuis le début de notre périple… Au loin, une caravane abandonnée entourée d’herbes hautes ferait un abris parfait, si seulement… L’humanité est devenue folle. La surpopulation, la pollution des courts d’eau et de l’air, les virus inconnus qui se multiplient… chacun lutte pour sa survie, et à ce jeu là, hormis le troc et la survie, il n’y a plus de règles. Le doute vous étreint . Avancer et prier pour que la caravane soit vide, ou mieux que les placards renferment quelques réserves ou faire demi tour, pour camper à ciel ouvert en prenant le risque de rallonger sa route et de faire des rencontres pires encore.

Première journée, chemin court et assez calme

Voila à peu de choses près l’histoire que raconte the Road. Un pitch d’actualité en ces temps de crise sanitaire, de conflits sous jacents et de confinement. Ÿøssef fårhi nous livre avec cette campagne KS terminée depuis quelques mois un jeu magistral dans un format mini qu’on emmènera partout, juste pour se confronter à La Route une fois de plus, et tenter, vainement d’y survivre.

Guide du survivant

Car la grande qualité de ce jeu minimaliste est de retranscrire la difficulté de la survie en milieu (très) hostile et de nous confronter à des choix moraux presque à chaque pas (vaut il mieux piller le cadavre qui est pendu à cette arbre au risque de réduire notre moral déjà pas bien haut ou alors est il préférable de faire demi-tour au risque de faire des rencontres hostiles ?).

La mécanique est pourtant simple. Après une rapide mise en place, vous allez devoir marcher 5 longues journées pour vous rendre à la destination que le jeu vous aura aléatoirement assignée. Vous devrez alors survivre à une ultime 6eme journée éprouvante à l’issue de laquelle vous atteindrez votre destination, qui ne sera peut être pas un paradis mais qui vous permettra de poser votre sac à dos.

Au début de chaque journée, vous choisissez l’une ou l’autre des routes qui s’offrent à vous et vous matérialisez le chemin que vous suivrez en tirant autant de cartes Route qu’indiqué sur la carte destination tirée. Les cartes Route sont placées face cachée et se dérouleront sous vos pas au fil de la journée. A chaque carte retournée, vous pourrez:

  • Faire demi tour, si le chemin vous paraît trop dangereux, ce qui aura pour effet de rallonger la route
  • continuer votre route et affronter les périples qui la jonchent
  • trouver un chemin pour contourner les dangers devant vous (mais c’est rarement une bonne idée, la peur n’évitant pas le danger.)

Et les cartes vont s’égrainer une par une vous mettant face à vous même, vos choix, vos indécisions. Vous rencontrerez très régulièrement des personnages haut en couleur qui tentent comme vous de survivre en troquant avec vous, ou en vous attaquant pour vous voler. il faudra alors se défendre avec les armes que vous aurez dans la main. Vous gagnez, vous continuez « simplement » votre chemin. Vous perdez, c’est un point de vie qui s’envole (sur les 4 que le jeu vous accorde en début de partie). Vous résistez ? alors c’est votre énergie qui diminue (là aussi sur 4 de départ). Et vous n’aurez jamais le choix de l’option qui vous intéresserait car c’est le deck Rencontres qui décidera du sort qui vous attend.

Après avoir gravi quelques collines verdoyantes, tomber sur une fatalité comme celle là… fin de game !

Vous êtes encore en vie ? Arrivé en fin de journée, avant de poser votre sac pour la nuit, il faudra encore faire face à une ou plusieurs fatalités que certaines rencontres vous auront assénées comme autant de fardeaux supplémentaires. Et ces cartes là sont de véritables cauchemars à affronter tant elles vous font ressentir toute votre fragilité et votre solitude… il sera important de faire attention à votre état de forme, à votre moral et à votre énergie tout au long de votre périple pour éviter de tomber à terre sur une dernière carte fatalité retournée.

Tout est affaire de choix

Et on se retrouve là encore devant une multitude de choix lourds de conséquences au moment de choisir quels accessoires garder avec nous, quels objets échanger ou quoi laisser derrière vous. Car oui, votre stuff est limité en poids, et vos forces s’amenuisant, le poids que vous pourrez porter va également diminuer… Sauf que comme souvent, les objets les plus puissants ou les plus chers sont aussi les plus lourds…

Et comme si la route n’était pas assez dure comme cela, il faudra garder en tête que rallonger la route pour éviter certains dangers, ou choisir les chemins les plus longs pour tenter de se refaire une santé n’est jamais une bonne idée… en effet, si par malheur vous tombez à court de cartes avant la fin de votre 6eme journée, vous vous êtes égaré, et même en vie, la partie est perdue…

On pourrait presque écrire une nouvelle en jouant à The Road tant le jeu est bien construit et tant il nous immerge dans son histoire. Cette immersion est d’ailleurs renforcée par une campagne dont nous ne spoilerons rien mais qui risque bien de vous mettre le moral dans les chaussettes. Et on se prête à rêver à un cross over entre The Road et This war of mine, ou le second serait la destination du premier.

On aime

  • Une aventure haletante, envoutânte, obsédante,
  • une mécanique qui disparaît derrière la nécessité de survivre et les choix à faire
  • le matériel magnifiquement illustré
  • les règles faciles à assimiler

On aime moins

  • La boîte trop petite pour sleever les cartes (mais certains diront que le jeu sera encore plus authentique avec les cartes usées)
  • Le nombre de cartes : on aurait aimé plus de lieux à visiter, d’objets à chercher ou de rencontres à faire pour plus de diversité
  • La disponibilité du jeu : L’auteur a fait le choix de petites quantités produites, ce qui rend le jeu encore plus précieux mais qui l’empêchera de rentrer dans toutes les chaumières (quelques exemplaires étaient encore dispo auprès de l’auteur, il y a peu)

Vous aimerez si…

  • Vous appréciez les jeux dans lesquels vos choix ont REELLEMENT des conséquences
  • Vous n’avez pas peur de perdre, de perdre, de perdre et de perdre encore
  • Vous cherchez un jeu à emmener partout, rapide à mettre en place et à ranger
  • Vous jouez tous les jours à This war of mine et vous regardez en boucle Walking Dead

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Previous articleSprawlopolis
Next articleImperium Antique
RELATED ARTICLES
Continue to the category

Les plus vus

Sprawlopolis

Imperium Antique

Trekking through History

Vos commentaires