mardi, février 27, 2024
Accueiljeux de cartesChallengers, qui est le plus fort ?

Challengers, qui est le plus fort ?

  Z-man Games

1 à 8 joueurs | 8 ans et plus | 45 minutes

Si je vous disais que mon canard en caoutchouc est plus fort que votre chien robot ? Ou encore que votre sorcier peut vous aider à récupérer votre T-Rex pour affronter ma citrouille ? Vous me répondrez sûrement Kamoulox !

Et bien devinez quoi ? C’est à peu de chose près ce que vous propose Challengers, devenu il y a peu Champion avec son élection à l’As d’Or 2023, devant des titres beaucoup plus attendus à ce niveau là ! Comme quoi, quand on arrive accompagné par une armée de Clown, de Super Héros ou de squelettes, on peut venir à bout de n’importe quel adversaire !

Here comes a new challenger… ou beaucoup plus !

Commençons par le traditionnel « déboîtage » ! Et pour le coup, la promesse de nous embarquer sur un véritable CHAMPS de bataille n’est pas vaine… Jugez plutôt !

Une place pour chaque chose.

336 cartes réparties en six familles de quarante cartes qui se distinguent par des couleurs et icônes différentes pour faciliter leur identification.

De quoi faire un joli gloubiboulga de combattants !

Ces cartes seront ensuite à scinder en trois groupes A, B et C de force croissante, chaque joueur ayant la possibilité, tour après tour, de piocher des cartes de plus en plus fortes pour compléter son deck de base avec lequel il démarre. A noter que ces cartes sont de qualité moyenne, pour un jeu qui se veut nerveux et qui ne les épargnera pas.

Le mode Solo vous propose d’affronter un Robot (si si si) qui dispose de son propre deck et s’avance dans la prairie où se déroule l’affrontement avec la ferme intention de vous faire poser un genou à terre.

La prairie de bataille, parlons en justement ! Vous affrontez vos adversaires sur un tapis néoprène (4 au total) qui relève un peu l’impression de qualité moyenne perçue en déballant les cartes.

Pour terminer, les amateurs de jetons en carton ne sont pas en reste puisque une multitude de tokens sont fournis en guise de récompense en fin de manche ou lors de la pose de certaines cartes.

Il est à préciser que tout ce petit monde est confortablement logé dans un thermoformage de bonne facture. Plaisant.

La mise en place est aisée, un tapis entre les deux joueurs le deck robot, le notre, les trois pioches à proximité et 7 jetons coupe numéroté de 1 à 7 et nous voilà fin prêt.

Le jeu qui réinvente la roue… ou la bataille !

Mise en place solo

C’est bien beau tout ce matériel mais comment on joue, te demandes tu ? Keep cool, jeune gladiateur, j’y viens et tu vas voir, c’est aussi simple à apprendre que rapide à jouer !

Alors, Challengers, au final, c’est quoi ? UNE BONNE VIEILLE BATAILLE ! Tu poses ton deck devant toi, tu envoies ton premier combattant dans la prairie. Ton adversaire doit alors jouer autant de cartes que nécessaire pour, au moins égaler la force de ta carte. ton vaillant héros sort alors du terrain, le nez bas, et va s’assoir sur le banc en bord de terrain. Si vous êtes le dernier à avoir des cartes, ou si votre adversaire n’a plus de place sur son banc (qui en contient 6), vous remportez la bataille.

Et là, je t’entends pester contre une mécanique ancestrale, éculée, dictée par le hasard et pas stratégique pour deux cacahuètes ! Et tu sais quoi ? TU AS TORT !

Parce qu’en vrai, Challengers est un deck building malin dans lequel il va falloir réfléchir à l’ensemble de sa main pour tenter d’obtenir, dans la phase « bataille », les combos construites durant la phase de deck building.

La partie se joue en sept manches, chacune se décomposant en deux phases : Deck et Bataille. La carte « ordre du tour » indique dans quel tas (parmi les 3 disponibles) tu pioches tes 5 cartes et si tu conserves une ou deux cartes. Enfin, tu peux « nettoyer » ton deck en supprimant les cartes que tu estimes inutiles dans la stratégie que tu es en train d’échafauder. Ceci fait, il ne te reste plus qu’à affronter ton adversaire qui, en solo, dispose d’un deck unique qui ne s’améliore pas mais qui peut être assez retors !

Le bonheur est dans le pré ?

Challengers, au départ, est un jeu pensé pour être joué en multi, à 8 si possible. Et force est de constater que dans cette configuration, il est fun, addictif. Ca gueule, ça rigole, ça rage, et ça bouge. Parce que, ce qu’on ne t’a pas dit, c’est qu’en multi, chaque joueur va s’affronter, et va donc, à intervalle régulier, devoir changer de place autour de la table ce qui en plus, rend le jeu dynamique.

A deux, tu perds évidemment le côté dynamique, puisque chacun reste vissé sur sa chaise jusqu’au moment où le meilleur (ou le plus chanceux !) remportera la timballe. Mais le reste est encore bien présent, et assommer le combattant adverse avec un canard en plastique surpuissant reste un moment épique qui génère souvent quelques cris, moqueries et pétages de câbles.

En solo, on perd tout ça… parce que bon, bâcher un automa, c’est nécessairement moins jouissif. On ne comptera même pas sur la constitution aléatoire d’un deck pour amener un peu de frisson, puisque le robot conserve son deck d’une partie à l’autre et on se retrouve, pour le coup, dans un jeu d’affrontement qui a le cul entre deux chaises : d’un côté il est trop « stratégique » pour les moins joueurs d’entre vous avec son côté deck building, et de l’autre trop « simple » pour les joueurs qui ont besoin de sentir la tension d’un véritable affrontement pour profiter pleinement du titre.

Bien que plaisant, le mode solo de Challengers est extrêmement répétitif et vous occupera quelques parties tout au plus.

Clairement, vous trouverez sur le marché un paquet d’autres deck buildings aux mécaniques mieux huilées, mieux pensées pour le solo et avec une rejouabilité plus conséquente. Vous pouvez par exemple regarder du côté de Goblivion, Hero Realms, ou dans un futur proche Skytear Horde qui sortira dans le courant de l’année chez Matagot.

Tous ces titres sont pensés pour le solo ! Challengers est un jeu multi, un point c’est tout !

On aime

  • le matériel agréable à l’œil

On n’aime pas

  • le solo répétitif et plat
  • la chance prépondérante
  • ne répond pas à la question, qui est le plus fort ?

Vous aimerez si

  • Les pitchs WTF sont votre tasse de thé
  • vous avez toujours voulu savoir qui est le plus fort, de la poule ou du T-Rex

Vous n’aimerez pas si :

  • selon vous, rendre accessible un jeu initié est une gabegie
  • le hasard vous file de l’herpès
  • vous considérez que l’intérêt d’une deck est d’être joué stratégiquement
  • pour vous la bataille est une mécanique inutile et trop ancienne

Laisser un commentaire

Article précédent
Article suivant
RELATED ARTICLES
Continue to the category

Les plus vus

Vos commentaires