Tomb Raider Underworld

Faut-il tomber raide ?

Tomb Raider Underworld est un jeu sorti en 2009 chez Tilsit, éditeur qui a malheureusement fermé ses portes l’année suivante. On évitera évidemment d’y voir un lien de cause à effet. S’il est sorti des étals, on trouve néanmoins Tomb Raider dans les solderies, pour une poignée d’euros. Faut-il se lancer à l’aventure  ? 

Tomb Raider Underworld Lara Baggins ?

Le premier truc qui frappe (et pas en bien), c’est l’anonymat apparent de l’auteur de ce jeu. On aura beau retourner la boîte dans tous les sens, c’est en vrai qu’on y trouvera autre chose que la participation d’Eidos et Crystal Dynamics, les créateurs du jeu vidéo. La raison de ce silence appuyé, c’est que Tomb Raider Underworld est en fait un relooking d’un autre jeu qui a fait la gloire de Tilsit en son temps : Le Seigneur des Anneaux, version Reiner Knizia.

Le principe en est simple : faire évoluer les 3 caractéristiques principales de Lara Croft (Acrobatie, Ruse et Combat) tout au long des 6 plateaux de jeu afin de lui permettre d’accumuler des points de victoire et d’accumuler des objets. L’opposition est matérialisée par des ennemis qui vont se masser en bas du plateau de jeu, et par le big boss du jeu qui progresse lui aussi de son côté.

Concrètement, à chaque tour de jeu, le joueur lance un dé de progression qui va permettre à Lara de gagner 1 point de caractéristique, mais aussi de faire face à des obstacles. Si les compétences Ruse et Combat ne sont là que pour vous permettre de gonfler le personnage et d’obtenir des bonus, le parcours de la compétence Acrobatie est celui qui permet d’avancer dans le jeu et de progresser de plateau en plateau. En plus de son jet de dé, Lara pourra effectuer jusqu’à deux actions par tour. Le plus souvent il s’agira de jouer des cartes qui font progresser les compétences, ou bien des armes pour se débarrasser des ennemis.  Lara pourra également se soigner… ou se soigner. Le nombre d’actions différentes n’est en effet pas pléthorique.

Simple (très) et accessible (un peu trop)

Cette relecture du Seigneur des Anneaux a un véritable atout pour elle : son matériel est soigné, et fait honneur à la licence de jeu vidéo. Les plateaux de jeux sont colorés et il est agréable de s’y promener. C’est heureux, car le gameplay simplifié du jeu le destine avant tout vers la tranche d’âge des 8 – 14 ans. Demandant au final assez peu de réflexion, chaque tour se contente de faire lancer un dé au joueur afin de déterminer sa vitesse de progression sur le plateau et le nombre d’items qu’il va pouvoir embarquer avant de passer au niveau suivant. Ce n’est pas forcément très palpitant pour un féru de jeu de stratégie, mais l’amateur de jeu vidéo y trouvera son compte, surtout s’il le met en rapport avec la somme modique qu’il a déboursé pour y jouer.

Tomb Raider Underworld vaut donc le coup si vous parvenez à le dénicher dans un recoin de boutique, et si vous avez un schtroumpf à occuper pendant l’heure et demie que durera le jeu.

 

 

2 commentaires sur Tomb Raider Underworld

  1. Bonjour,

    j’ai pu trouver Tomb Raider Underworld sur une brocante, mais le livret de règles m’indique qu’il devrait y avoir 20 cartes objets, et je n’en ai que 19.
    Est-il possible de confirmer le nombre de cartes objets présentes, et d’avoir la liste afin de voir laquelle il me manque ?

    Merci,

    Cordialement.

    • Pour l’instant je n’ai plus le jeu sous la main, mais je serai à nouveau en sa possession fin juin et je vous ferai le détail des objets présents dans la boîte 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*