Warhammer Quest – Le Jeu d’aventures : faut-il le sauver de l’oubli ?

Everything must go

Comme on l’a déjà indiqué à plusieurs reprises, le récent divorce entre FFG et Games Workshop va faire plusieurs victimes directes parmi les jeux développés sous licence. Côté solo, on l’a mentionné, les deux principales victimes sont Space Hulk Death Angel et Warhammer Quest – Le Jeu d’Aventures. Si je connais Death Angel de longue date et que je l’apprécie volontiers de temps à autres, je ne connaissais en fait pas grand chose de Warhammer Quest, dont j’ai fait l’acquisition récemment. Pour ceux qui ne liront pas cet article jusqu’au bout je n’ai qu’une chose à dire : achetez-le avant qu’il n’y en ait plus.

Des formules bien rodées…

Pourquoi suis-je aussi catégorique me demanderez-vous ? Tout simplement parce que ce jeu réussit un grand écart improbable entre les JCE Pathfinder et Le Seigneur des Anneaux. Ceux qui ne savent rien de ces deux jeux m’excuseront par avance de mettre en place mon argumentation autour de ces deux titres légendaires de Paizo et de FFG, mais cela sera plus parlant de procéder de la sorte.

La boîte de base (enfin… la boîte tout court, désormais) de Warhammer Quest propose aux aventure de vivre une campagne complète via une série de 6 scénarios. Chacun des scénarios va permettre de faire monter son personnage en XP et de glaner au passage un peu de butin que l’on pourra s’échanger entre personnages entre deux quêtes. Au bout d’un certain nombre de points d’XP, le personnage change de carte et passe au niveau au dessus avec des caractéristiques bien boostées. Les amateurs de Pathfinder JCE et de la progression des personnages ne seront donc pas dépaysés.

ubiwhq01_02

Chaque quête se compose d’une fiche précise qui va générer un deck de rencontre mi-fixé, mi aléatoire, correspondant au scénario. Une fois lancés à l’aventure, les personnages devront tirer des cartes lieux et y mettre des marqueurs de progression, tout en affrontant l’ensemble des bestioles croisées en chemin. Là, vous l’aurez compris, ont est à 200% dans Le Seigneur des Anneaux JCE.

…au service d’un système de jeu très efficace.

L’originalité du titre tient dans avant tout dans les actions pouvant être entreprises par les héros, bien plus complexes que leurs homologues cités précédemment. En effet, chaque personnage est représenté par 4 cartes, listant les actions qu’il peut entreprendre à chaque tour :

  • Attaquer
  • Se reposer (Pour récupérer des PV et se protéger des ennemis)
  • Explorer (Pour mettre des marqueurs sur les lieux et piocher des cartes de loot… ou d’ennemis supplémentaires)
  • Soutenir (Cette dernière action permet par exemple d’apporter des points de réussite à un autre héros sur les futures actions de son choix).

A chaque fois qu’un héros effectue une action, sa carte est inclinée et il ne peut donc plus la faire à nouveau. Chaque personnage a néanmoins l’une de ses quatre actions marquée d’un symbole spécial qui lui permet de redresser l’ensemble des cartes une fois que cette action est activée. Mais évidemment, cette action est différente pour les 4 personnages, ce qui implique de bien gérer son tour, surtout si l’on joue à plusieurs joueurs, afin de tirer le plein potentiel de l’ordre des actions effectuées dans le tour.

ubiwhq01_01

Simple, fun et réussi… mais à la durée de vie limitée

Si l’on peut regretter que la campagne proposée soit finalement assez basique et peu ambitieuse en terme de lieux et d’ennemis rencontrés (comparé aux deux autres jeux, notamment), les sensations de jeu sont exemplaires de simplicité et de fun. Pas de main à gérer : juste des actions à savoir déclencher au bon moment, sans prise de tête pour se constituer un deck. Le loot aussi demandera un peu de réflexion, puisque chaque personnage commence la partie avec la possibilité d’être équipé d’une seule carte équipement. Il faudra donc faire un choix cruel face au contenu des trésors trouvés dans les donjons.

Warhammer Quest Le Jeu d’Aventures vit donc ses dernières heures (sous sa forme actuelle en tout cas) et il est très difficile de savoir ce que FFG et Games Workshop décideront de mettre en place pour les droits de ce titre. Il peut donc mourir « pour de vrai », dans les prochaines semaines, puisque Edge indique sur son site qu’il ne reste plus que quelques exemplaires. Je ne sais rien des stocks de Edge pour ce jeu : peut-être se retrouvera-t-il en solderie dans quelques temps, ou peut être deviendra-t-il collector et aussi pénible à trouver que d’autres jeux disparus, comme Gears of War. Peu importe à la limite : si vous avez aimé Le Seigneur des Anneaux et Pathfinder, ou si vous avez envie de découvrir ce que peut être le Dungeon Crawling en jeu de cartes, je ne peux que vous inviter à ne pas laisser passer votre chance de passer un très bon moment avec ce titre, avant qu’il ne soit définitivement sorti des rayonnages.

Il est clair qu’il est dommage de payer le « prix fort » pour un jeu qui n’aura clairement aucune extension officielle (on en trouve des officieuses très réussies sur le site d’Edge), mais faut-il se priver pour autant d’un excellent moment de jeu ? Je vous laisse en décider… pendant qu’il est encore temps 😉

 

2 commentaires sur Warhammer Quest – Le Jeu d’aventures : faut-il le sauver de l’oubli ?

  1. Deux extensions personnages avaient déjà vu le jour chez FFG (troll slayer et witch hunter) mais ont été épuisées rapidement et non rééditées depuis et encore moins traduites. Espérons que cela sorte un jour par chez nous même si les chances sont minces.
    Par contre quelques scénarios fan made ont été créés (et j’espère encore d’autres par la suite) et sont disponibles au téléchargement sur le site de Edge, pour le moment du moins. Cela sera toujours un petit plus augmentant les possibilités du jeu, et ce même si son arrêt définitif devait être prononcé un jour.

  2. En effet ! Le souci avec les extensions publiées par FFG c’est qu’elles n’étaient pas palpitantes. Il ne s’agissait pas de nouvelles campagnes, mais juste deux nouveaux personnages histoire de revisiter la campagne existante.
    Les scénarios fan made sont bien plus convaincants : j’essaierai de les présenter en détail prochainement, voire de les traduire et de les héberger si j’ai l’accord des auteurs.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*