Sologame Countdown #20 : Ghost stories

pacman revisité

Déjà sept ans pour ce jeu coopératif devenu une référence du genre. Antoine Bauza, l’auteur, nous entraîne dans une Asie médiévale peuplée de démons et de fantômes. Appelés à la rescousse par des villageois apeurés, les joueurs incarnent des moines taoïstes dotés de pouvoirs uniques. L’enjeu est simple : survivre à la longue nuit qui s’annonce, et repousser les vagues de fantômes qui s’abattent sur le village, avant d’affronter enfin la terrible incarnation de Wu-Feng lors de la bataille finale. De l’issue de la bataille dépend l’avenir des paisibles villageois.

Le village est constitué de 9 tuiles modulaires, chacune proposant aux moines une aide spécifique pour lutter contre les fantômes (se soigner, acquérir des forces supplémentaires pour le combat. etc…). Chaque joueur incarne un moine qui à son tour pourra se déplacer dans le village puis faire une action parmi deux possible : combattre un fantôme adjacent sur le point d’entrer dans le village, ou activer une tuile.

Les combats se font aux dés, avec de nombreuses possibilités d’influencer le hasard grâce aux pouvoirs des taoïstes ou aux aides collectées auprès des villageois. A chaque tour de nouveaux fantômes arrivent ou progressent vers le village, et si l’un d’eux parvient à franchir les barrières, alors il s’empare d’une tuile et la hante, apeurant alors le villageois qui y réside incapable désormais d’apporter son aide aux taoïstes.

Si trois tuiles deviennent hantées, si tous les moines sont tués, ou si tous les fantômes ont été libérés avant que l’incarnation ne soit éliminée, alors c’est la fin de la partie … et du village !

ghost-stories-plateau

Pourquoi on aime ce jeu ?

Ce jeu est difficile, et tous les choix comptent. Même au niveau de difficulté normal, le challenge est réel et il faudra une bonne cohésion et coordination entre les taoïstes pour avoir une chance de l’emporter.

ghoststories-carte-v8_page_50Le fait que le village soit à chaque partie différent apporte une vraie diversité stratégique à la manière de jouer : selon le positionnement des tuiles et les pouvoirs des taoïstes en jeu, l’approche pourra être plus ou moins ‘brutale’.

Le thème est original, servi par un matériel de qualité, et des illustrations – notamment des cartes des fantômes – très réussies. La tension monte très rapidement, et le sentiment d’être ‘envahi’, ‘piégé’ est présent tout du long de la partie. Pour peu que la malchance s’emmêle, alors la mélancolie des fantômes ne manquera pas de vous gagner et le chant de la ‘veuve noire’ sera certainement celui qui sonnera l’halalli !

Et en solo ?

C’est un jeu coopératif, sans aucune information cachée, donc il est tout à fait possible de jouer plusieurs personnages en solo.

Le jeu propose cependant un véritable mode solo, dans lequel le joueur interprète un seul moine. Les autres taoïstes sont toujours présents sur le plateau, mais en tant que personnages secondaires, auxquels vous pourrez et devrez faire appel avec parcimonie pour remporter la victoire. L’expérience proposée est alors différente : d’une problématique de coordination et synchronisation, le joueur se voit alors confronté à des questions d’anticipation et de gestion de risques.

A suivre ?

Deux extensions sont parues :

  • ‘White moon’ : qui rajoute une dimension supplémentaire au jeu en mettant en scène les villageois eux mêmes !
  • ‘Black secrets’ : qui permet de jouer en compétitif avec un joueur qui interprète le grand méchant en personne.

 

Où le trouver ?

Edité par Repos Production, il n’est aujourd’hui plus disponible en neuf. Cependant, il est très facile à trouver d’occasion pour environ 25 euros. (à noter aussi l’existence d’une version ipad de ce jeu)

Le détail qui tue

Ce jeu a connu un gros succès, et de nombreux goodies existent. Un de mes préférés : l’incarnation Chuck-no-rice !!ghost-storie-chuck-no-rice

 

A qui conseiller ce jeu ?

Les règles sont simples, faciles à appréhender. Par contre, ce jeu peut être très frustrant, surtout dans les premières parties où l’impression de subir en permanence est très présente. Donc un jeu dans lequel il faut avoir envie de s’investir un minimum pour prendre du plaisir.

Liens :

Le site du jeu chez l’éditeur.

Un petit exemple de partie (en VF)  par Des Dés à ProD.

 

…à demain pour un autre jeu solo ! 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*