Sologame Countdown #08 : Bios Genesis

Et le jeu a été fait chair

Il y a deux milliards d’années, la terre n’était encore qu’une masse de matière bouillonnante, soumise à la colère galactique du début des temps, chahutée par des astres gigantesques et en proie à un rayonnement cosmique destructeur et incessant. Pourtant, c’est de cet enfer cataclysmique qu’ont émergées les toutes premières traces de vie à l’origine du foisonnement d’espèces qui ont arpenté la terre. Bios Genesis nous invite à revivre cette période d’un autre temps, nos origines lointaines, étranges, incertaines et méconnues.

En tant que composants organiques élémentaires, les joueurs sont invités à trouver le chemin de la vie dans un environnement résolument hostile. Chacun a son avantage propre. Les acides aminés sont les champions du métabolisme, les lipides détiennent le secret de la fabrication des cellules, les pigments sont les maîtres de l’énergie et de son stockage, et enfin les acides nucléiques préfigurent l’énigmatique structure hélicoïdale de l’ADN.

Comment qualifier l’expérience de jeu ?

bios-biomeAu départ, il vous faudra envoyer vos ‘biont’ coloniser des environnements plus ou moins adaptés à vos capacités. Très fragiles, soumis aux aléas du temps et de l’espace, ils devront s’imposer, prospérer tant bien que mal, et guetter l’opportunité de créer le tout premier micro-organisme vivant sur terre. Mais cette ‘victoire’ n’est que le début d’une aventure très incertaine. Il faudra ensuite beaucoup de chance et de patience pour évoluer, se doter de mutations viables et utiles, résister aux attaques parasitaires, et comme si cela ne suffisait pas, espérer que le ciel ne vous tombe pas sur la tête…

bios-mutationEnfin, peut être oserez-vous alors donner naissance à un macro-organisme marin, une de ces bestioles qu’on trouve aujourd’hui à l’état de fossile, voire, fin du fin, expérience ultime, vous extraire du fond de l’océan et arpenter en conquérant le plancher des vaches…

Et tout ça avec quelques cubes en bois et des cartes…

 

Pourquoi on aime ce jeu ?

Toujours à la frontière entre la science et la fiction, l’auteur, Phil Eklund – qui n’en est pas à son coup d’essai – nous amène sur le terrain scientifique qu’il affectionne tant. A la pointe de la recherche, il invente des mécanismes ludiques qui reproduisent au mieux ce qu’il a compris de la naissance de la vie sur terre.

Ce qui est très impressionnant avec cet auteur, c’est qu’il ne cherche pas à simuler des mécanismes réels, mais à travers sa vision, à faire ressentir au joueur toute la difficulté du cheminement de la vie dans cette soupe primale. Et il y parvient !

Après, peut-on encore parler de jeu ? On a affaire à un objet ludique résolument expérimental, profondément déséquilibré, hasardeux, injuste, parfois frustrant, bref, un peu une allégorie de la vie en somme.

C’est un jeu qu’on prend plaisir à regarder tourner, dans lequel il faut prendre son temps, observer, comprendre ce qu’il se passe. On passe du temps à faire des allers-retours avec la règle, pas tant pour comprendre la mécanique, mais pour lire l’explication scientifique du coup que l’on vient de jouer !

Voici ce qui se rapproche surement le plus de ce que l’on pourrait qualifier d’un jeu d’art et d’essai, complètement abstrait mais vivant.

bios-adn

Et en solo ?

Le jeu a été conçu pour fonctionner en compétitif, en coopératif et en solo ! Donc chacun peut y trouver son style et son compte, avec une expérience à chaque fois différente.

A suivre ?

Bios Genesis est une sorte d’aboutissement pour Phil Eklund. Comme il l’écrit lui-même : « Ce sujet est le plus difficile et ambitieux auquel je ne me suis jamais essayé, et cela a pris plusieurs années pour en faire quelque chose qui fonctionne comme je veux ».

Avant Bios Genesis, l’auteur a publié  Bios: Megafauna, et Origins: How We Became Human qui sont en fait la suite chronologique de Bios Genesis ! A la fin du livret de règles, vous trouverez même une proposition de mise en place de Bios Megafauna en fonction de ce que vous avez réussi à créer dans Bios Genesis.

Où le trouver ?

Bios Genesis vient de paraître début novembre 2016. Pour l’instant il n’est disponible qu’en anglais dans toutes les bonnes boutiques qui font de l’import, pour moins de 30€.

Le détail qui tue

Chez Phil Eklund, même les règles sont vivantes ! C’est une constante chez lui. La science fait des découvertes régulièrement, et Phil Eklund est un perfectionniste qui pousse le vice à faire évoluer les règles en fonction des avancées de la recherche !!

A qui conseiller ce jeu ?

Définitivement un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains. La mécanique n’est pas difficile à appréhender : c’est un jeu de gestion assez simple au final. En revanche, le thème, la dureté du jeu, et plus encore le côté incontrôlable et violent du hasard en font une expérience qui peut être mal vécue.

Par contre, si vous passez ce cap, alors là, c’est un autre univers qui s’offre à vous !

Liens :

Le site de l’éditeur : Sierra Madre games

La version ‘vivante’ des règles : Living rules

…à demain pour un autre jeu solo ! 

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. ESSEN 2017 : la sélection (2/4) – Plateau Solo
  2. 2018 is coming (2/2) – Plateau Solo

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*