Exégèse : On retrouve les auteurs !

Bonjour à tous !

Nous arrivons bientôt à la dernière semaine de financement pour l’impressionnant jeu de cartes Exégèse, un jeu qui permet de titiller votre imagination pour créer d’autres jeux.

Suite à notre précédent entretien, j’avais proposé aux auteurs de faire le point sur leur campagne à une semaine de la fin : voici donc la seconde partie de notre entretien. Rendez-vous a été pris dans 10 jours, une fois la campagne terminée.

Plateau Solo : Bonjour, les Museurs Abîmés ! Houlà, on devine à vos yeux fatigués que c’est une campagne intense que vous êtes en train de mener : on vous a en effet signalés un peu partout, de Toulouse à Paris en passant par Carcassonne et Les Sables d’Olonne… Alors comment allez-vous ? Vous pouvez revenir en quelques mots sur ces deux derniers mois, forcément passionnants et forcément crevants ?

Les Museurs Abîmés : Bonjour Plateau Solo ! Ce mois et demi de campagne a bien été une expérience fantastique. On a partagé notre temps entre présentation du jeu (dans les conventions, associations ludiques, bars à jeux et boutiques) et la gestion des réseaux sociaux (Facebook, le site Exégèse en français et en anglais, le Kickstarter bilingue également, Twitter et la chaîne Youtube). En faisant un tour dans le fil d’actu de la campagne (https://www.kickstarter.com/projects/1921818515/exegese-the-interpretative-game-generator/updates) on peut se rendre compte de la quantité de lieux visités pour faire la promo du jeu.

Nous n’avons pas rencontré de difficulté dans la gestion du planning, mais il est vrai que deux mois avec un rythme pareil c’est très fatiguant. C’est principalement grâce au soutien qu’on a obtenu de la part de ceux qui nous accueillaient que nous avons trouvé la force de maintenir cette cadence.

exegese01Plateau Solo :Vous avez dû rencontrer des gens assez incroyables dans ce monde de passionnés… Une anecdote, peut-être ?

Les Museurs Abîmés : Nous avons rencontré énormément de gens incroyables, de l’étudiant en maths à l’animateur de centre éducatif en passant par le fan de Kaamelott, qui ont chacun apporté leur perception propre à la création de jeux avec Exégèse.

Nous avons beaucoup d’anecdotes plutôt surprenantes. Celle qui suit a eu lieu le samedi 22 avril au 5ième Festival du jeu des Tables d’Olonne, en Vendée. Avec les visiteurs du festival, nous avons créé un jeu dans lequel il fallait faire deviner une idée aux autres joueurs en leur donnant des indications pour les dessiner. Initialement, les éléments à faire deviner étaient sur les cartes Inspiration. Mais étant donné que nous les connaissions trop bien, nous avons pensé que c’était injuste pour les autres joueurs. Jean-Pierre est alors allé chercher le premier flyer illustré qu’il put trouver sur un stand pour servir de source d’illustration. Le hasard a voulu que ce ne fût pas qu’un simple flyer mais une version démo d’un jeu de devinette et de dessin déjà publié.

Ce jeu avait de très grandes similarités avec celui que nous venions tout juste d’inventer, mais personne autour de la table n’en avait entendu parler. Nous avons beaucoup rit.

Plateau Solo :Pour en revenir sur Exégèse, vous indiquez dans votre dernier update avoir créé 14 nouveaux jeux avec Exégèse lors de vos passages dans les boutiques et bars à jeux. Pourriez-vous nous en dire plus sur le processus de création que vous rencontrez le plus souvent ? Les jeux naissent-ils le plus souvent d’un brainstorming collectif, ou est-ce que les gens que vous rencontrez arrivent assez rapidement à prendre la main sur Exégèse et vous lancer une phrase du type « Euh… Et si on imaginait que cette carte-là produise cet effet ? » avec une étincelle dans le regard ?

Les Museurs Abîmés : Le processus de création le plus utilisé a été celui en quatre étapes présenté dans notre livret de règles, mais cette approche n’est qu’un guide pour orienter ceux qui le souhaitent.

Il est arrivé quelque fois que les joueurs/créateurs brûlent les étapes et créent un jeu en moins de cinq minutes, soit parce qu’ils se connaissaient déjà et avaient envie de jouer au même type de jeu ou parce qu’ils avaient des personnalités très dynamiques et créatives. Parfois le processus de remue-méninges était plus fluide simplement parce que l’un des joueurs débordait d’idées sur lesquelles les autres pouvaient rebondir.

Nous avons également été surpris à plusieurs reprises par des joueurs qui semblaient réticents au début (soit parce qu’ils n’osaient pas proposer des idées, soit parce qu’ils ne savaient pas vraiment ce à quoi ils voulaient jouer) et qui dès les premières minutes se sont sentis bien plus à l’aise qu’ils ne le pensaient grâce à l’aspect intuitif et coopératif du jeu. C’étaient même ceux qui proposaient le plus d’idées.

Les jeux créés ont parfois beaucoup changé au cours d’une même partie, d’un commun accord des joueurs, jusqu’à ne plus rassembler ni à ce qu’ils étaient à la base, ni aux idées sources. D’autres jeux en revanche sont directement apparus en tant que version définitive : aucun joueur ne proposant d’amélioration ou d’altération car il correspondait directement aux attentes de tous.

Plateau Solo :Pourriez-vous donner un ou deux exemples de cette création de jeux ? Comment se sont-elles déroulées ? Pour quel résultat ?

Les Museurs Abîmés : Le jeu de dessin que nous avons déjà évoqué est l’un des jeux qui est directement arrivé dans sa forme définitive.

Nous avons pioché une carte Inspiration et une carte Esquisse. L’un des joueurs voyant le soleil et une bulle de dialogue proposa l’ébauche de règle suivante : « Le soleil, c’est la clarté, donc je dirais que c’est un jeu dans lequel la parole éclaire, donne des indices, dévoile graduellement quelque chose ». Un autre voyant un arbre et une pipe proposa : « Ces deux éléments sont faits de bois, l’un est la matière première de l’autre, ca me fait penser à la productivité, la création ». Un autre encore, voyant l’arbre et une silhouette : « L’arbre apparaît également en noir comme une silhouette. C’est donc un jeu dans lequel il faut représenter quelque chose ».

C’était la première étape, celle du remue-méninges. On aurait pu proposer un maximum de quatre règles mais nous avons décidé de nous arrêter à trois.

Lors de la seconde étape nous avons combiné ces idées. Nous avons décidé qu’un des joueurs garderait une carte Inspiration cachée des autres joueurs et choisirait un élément sur cette carte sans l’annoncer (ici entre en jeu l’idée de l’élément caché). Ce joueur donnerait aux autres seulement des indications de direction qu’ils devraient suivre avec leur crayon sur leur feuille de papier respective. La parole donne donc des indices, il y a production d’un dessin et représentation d’une idée. Toutes les idées de la première étape sont intégrées dans le jeu. Nous avons alors complété avec quelques règles qui paraissaient nécessaires :

  • dès qu’un joueur devine ce qu’il est en train de dessiner, il le dit. Si c’est faux, on reprend. Si c’est juste, celui qui faisait deviner gagne un point, et le joueur qui a deviné devient celui qui doit faire deviner ;
  • celui qui fait deviner ne doit pas regarder les dessins en cours de production. Il doit donc se représenter la progression du dessin mentalement ;
  • celui qui fait deviner peut uniquement utiliser les mots suivants : « gauche », « droite », « bas », « haut », « diagonale » ; et les combiner ensemble : « diagonale haut gauche », etc.

Nous y avons joué et nous avons directement constaté que la mécanique de jeu plaisait à ceux qui étaient assis autour de la table. Tous étaient d’accord pour continuer de jouer ainsi sans apporter de modifications.

Pour ne pas rendre la réponse à cette question trop indigeste nous avons proposé ici la présentation d’un jeu aux règles très simple, mais nous avons également produit quelques jeux plutôt complexes.

Vous pourrez découvrir ces exemples dans le Guide de jeu qui sera envoyé en version PDF à ceux qui contribuent à la campagne de financement participatif (https://www.kickstarter.com/projects/1921818515/exegese-the-interpretative-game-generator).


exegesePlateau Solo :
Pour parler des sujets qui fâchent (un peu) : on arrive doucement à la fin de la campagne et Exégèse n’est pas encore totalement financé en dépit d’un succès critique indéniable à chaque présentation. Comment expliquez-vous cet engouement qui ne se traduit pas immédiatement par une contribution sur kickstarter ? Est-ce que vous pensez que le jeu n’est pas assez mainstream pour emporter une adhésion immédiate ?

Les Museurs Abîmés : Certains ont pu nous dire que le jeu n’était pas mainstream, mais la moyenne des retours nous a montré le contraire. Que l’on soit joueur ou non n’a pas d’importance. Tout ce qui compte pour s’approprier Exégèse et passer un bon moment avec ce jeu, c’est oser se lancer, se laisser guider par son intuition et l’unique page de règles du jeu.

Si tous ceux qui nous ont dit qu’ils allaient pledger l’avaient fait, on aurait clairement financé l’impression et l’envoi du jeu depuis quelque temps, même en écartant ceux qui ont pu le promettre spontanément sans le penser (il y a surtout pas mal de gens qui oublient).

Nous ne pouvons que nous en prendre à nous-mêmes car nous n’avons pas demandé l’adresse mail des personnes que l’on a rencontrées. On aurait ainsi pu les informer régulièrement de l’avancée de la promotion du jeu et ainsi leur rappeler quand finit le Kickstarter. Initialement nous pensions que le simple fait de laisser notre carte de visite aux joueurs convaincus suffirait pour qu’ils s’inscrivent à la newsletter, sur Face Book ou sur le Kickstarter. C’est ainsi qu’on apprend de ses erreurs.

Pour ce qui est du financement complet de la campagne, on compte sur ceux qu’on a rencontrés et qui se sont inscrits à notre mailing list et sur Facebook, ainsi que sur ceux qu’on rencontrera d’ici peu lors de nos prochains events (qui auront surtout lieu sur Paris et Toulouse). On continue de bosser toujours autant sur la promotion du jeu et on croise également les doigts (on fait aussi confiance aux gens qui nous ont parlé d’un pic final qui a habituellement lieu à la toute fin des campagnes Kickstarter ^^).

Plateau Solo : Je vais vous faire une confidence très perso : j’ai immédiatement été un fondu d’Exégèse à la seconde où j’en ai entendu parler pour deux raisons. La première c’est qu’un jeu qui fait appel à la créativité et à l’imagination doit forcément être soutenu, la seconde, c’est parce qu’il ne s’agissait pas d’une boîte avec 9724 figurines ou d’un jeu de guerre/gestion avec 654 types de cubes en bois différents. Mais j’ai tout à fait conscience que je suis très minoritaire dans ce genre de réaction. Avez vous imaginé des moyens de rendre la campagne d’Exégèse plus accessible à un public saturé de sorties de jeux ?

Les Museurs Abîmés : Justement, on se demande si tu es bien minoritaire au niveau de ta réaction positive.

Si le public est saturé de sorties de jeux, c’est bien des jeux qui misent sur énormément de matériel comme tu l’as mentionné. C’est l’opposition entre les grandes promesses de notre jeu et le peu de matériel qui peut être surprenante et attrayante. C’est notre façon de sortir du lot.

Si notre groupe de joueurs a porté un peu plus d’attention à des jeux comme Sherlock Détective Conseil (petit clin d’œil à Mélanie, Carole et François ^^) ou Sonar (découvert grâce à Amaury lors de la Convention Grabuge à Carcassonne), pour ensuite découvrir que c’étaient des jeux passionnants avec des mécaniques simples mais extrêmement efficaces, c’est bien parce qu’en retournant la boîte de jeu on a vu qu’il n’y avait ni dés, ni jetons, ni une flopée de paquets de cartes, etc.

Enfin, ajouter du matériel à Exégèse serait nier l’esprit de ce jeu qui propose justement de ne faire qu’avec ce qu’on a à disposition.

exegese04Plateau Solo :Vous avez par ailleurs publié des stretch goals il y a quelques jours. Vous pouvez nous les présenter ?

Les Museurs Abîmés : Nous avons ajouté deux stretch goals :

–        le premier est à 5.500 euros, tous les pledgers recevront, si ce palier est atteint, une version PDF des cartes Inspiration avec des taches d’encre (similaires à des Rorschachs) comme élément central. Ainsi on permet aux joueurs d’accéder à une approche différente de l’interprétation ;

–        le second palier est à 6.000 euros, ce qui signifie qu’une fois ce palier atteint toutes les cartes du jeu (Esquisse et Inspiration) auront une qualité supérieure, au niveau de la qualité d’impression et du papier.

Plateau Solo :Il est fréquent que les kickstarters connaissent un rush final qui permette de boucler le financement. Un petit mot à dire à ceux qui hésitent encore ?

Les Museurs Abîmés : Exégèse est un jeu à rejouabilité illimitée, littéralement. Nous avons fait et observé plus de 500 parties et aucune ne se ressemblaient, il y avait des jeux narratifs, de bluff, d’adresse, de stratégie, etc.

Vous pouvez obtenir le jeu sur Kickstarter pour une vingtaine d’euros seulement et dans un format léger et aisément transportable (paquet de 80 cartes). Ce sont des avantages indéniables pour un jeu qui s’adapte à toute situation.

Nous savions que ce jeu pouvait plaire aux gens pour diverses raisons et les joueurs que nous avons rencontrés au cours de la campagne ont même complété la liste que nous avions en tête.

Ce que nous savions : Exégèse est fait pour ceux qui veulent découvrir ce que c’est de créer leurs propres jeux, pour ceux qui veulent simplement dire qu’ils ont fait un jeu, pour ceux qui veulent développer leur potentiel créatif et leur confiance en leurs idées, pour ceux qui veulent faire du team building, pour ceux qui veulent jouer vite, jouer longtemps, ceux qui aiment la simplicité, la complexité, les challenges, la nouveauté et ceux qui veulent passer un bon moment tout simplement…

Ce que nous avons découvert : Exégèse est aussi fait pour ceux qui veulent créer des jeux aux règles incompréhensibles tels les jeux présents dans Kaamelott, ceux qui prennent un plaisir dans la création pure, dans le remue-méninges, sans même vouloir vérifier si les jeux créées fonctionnent en pratique, ceux qui veulent trouver des idées de projets loufoques pour en discuter entre amis, ceux qui veulent utiliser les cartes Inspiration comme aide à l’improvisation au cours de leurs parties de JDR… et nous en oublions certainement.

Plateau Solo :Merci à vous ! On se revoit à la fin de la campagne, pour parler de la suite de l’aventure Exégèse ?

Les Museurs Abîmés : Bien sûr, ce sera avec plaisir !

Voilà pour ce second entretien. Si ce n’est pas encore fait, nous vous invitons véritablement à vous pencher sur le cas d’Exégèse, ce jeu de cartes totalement unique en son genre qui saura s’adapter à vos envies et ambiance du moment, que ce soit entres amis à la terrasse d’un troquet ou seul chez vous par une nuit lugubre. Il vous reste encore 9 jours pour pledger, donc ne eprdez plus de temps : la présentation du projet, c’est juste ici ! http://www.exegeselejeu.com/kickstarter-vf

Des exemples de jeux créés via Exégèse…

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*