ESSEN 2017 : la sélection (4/4)

Dernière partie de cette sélection pré-Essen 2017. Nous sommes forcément passés à côté de nombreux titres solo potentiellement intéressants, alors n’hésitez pas à ajouter vos coups de coeur dans les commentaires !. 


flatline-cover

 De 1-4 joueurs, un jeu de Kane Klenko édité par Renegade Game Studios.

Un nouveau jeu en temps réel proposé par les créateurs de Fuse. Plus complexe que son prédécesseur, moins frénétique, plus neuronal, avec une thématique (soigner des patients dans un hôpital) peut être un peu plaqué, il n’empêche que ce titre semble offrir des perspectives intéressantes, même en solo !


secret-weapons

De 1-4 joueurs, un jeu de Luca Cammisa édité par The Game Crafter.
Sorti en 2015, il revient pour tenter de conquérir le monde en 2017. Jeu de placement d’ouvriers et de cartes, qui mêle allègrement (pas sur que ce soit le terme !) seconde guerre mondiale et science fiction, et qui propose un mode solo type ‘puzzle’ à résoudre. A voir si ce mode compense la mécanique principale qui est le card-drafting ?

sword-art

 De 1-4 joueurs, un jeu de Seiji Kanai édité par Japanime Games.

Les amateurs d’animations nippones connaîtront peut être la série dont est inspirée ce jeu ? Un petit jeu coopératif d’affrontement, très dynamique, qui consiste à lancer des brouettes de dés pour obtenir les combos les plus efficaces possibles ! Un signe des anciens à la sauce manga survitaminé, tout à fait jouable en solo.


21-days

21 Days (dice rolling)
 De 1-4 joueurs, un jeu auto-édité de  Erik Winkelman.

Un jeu d’aventure/survie ambitieux pour un petit éditeur dans lequel il faudra amener au moins un naufragé vivant au bout des 21 jours avant son sauvetage ! Jeu de gestion de ressources, placement d’ouvrier et de gestion de crises où il faut faire avec les aléas des lancers de dé.  Apparemment, un jeu conseillé pour la pratique solo et pour les amateurs de Robinson Crusoë.


bandido

Bandido

De 1-4 joueurs, un jeu de Martin Nedergaard Andersen édité par Helvetiq.

Petit jeu tout simple, au format jeu de carte, expliqué en 1 minute et qui se joue en moins de 15 minutes. Un format ‘réussite’ dans lequel il faut empêcher le voleur de s’échapper, tout simplement. Léger, pas cher, transportable, et jouable en solo bien sur !

Voilà, il s’agissait du dernier épisode pour cet ESSEN 2017.
Une sélection ‘maison’ en attendant la création d’un ‘Spiel Solo’, ce qui pourrait arriver peut être plus tôt qu’on croit si on en se fie à la tendance actuelle !

3 commentaires sur ESSEN 2017 : la sélection (4/4)

  1. Une liste bien intéressante ! Bien qu’aucun ne m’attire spécialement à première vue, je pense que je les étudierais avec intérêt si je venais à avoir leur boîte dans les mains. A moins qu’ils ne soient traduits un jour, je doute cependant de les voir arriver en boutique près de chez moi. Mais laissons tout de même une chance à l’avenir !

    Merci sinon Shilag pour ces présentations !

    • Je partage un peu ce manque d’attrait. C’est assez contradictoire d’ailleurs, jamais autant de jeux annoncés solo ne vont sortir à Essen, et pourtant, l’offre est – à ce que j’en ai étudiée bien sur -, peu originale… Peut être les 2 exceptions qui nous viennent du japon : « Rescue Polar Bears » disponible en import, et « Sword of fellows » carrément disponible en français (si si) ! Mais bon, à tester car peu d’infos disponibles… Fort heureusement il me reste largement de quoi faire avec GloomHaven et le 7ème continent !

  2. La caractéristique jouable en solo était pour moi souvent synonyme d’achat immédiat mais avec l ‘offre pléthorique je deviens plus circonspect pour ne pas dire méfiant. Comme tu le souligne c’est devenu plus un argument commercial qu’une vraie recherche mécanique. Ils pourraient faire comme Steigmeier avec Viticulture louer les services d’un spécialiste pour faire une variante solo qui tient la route.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*