Essen 2017, jouez-là vous solo !

Parmi les quelques 650 nouveautés répertoriées et présentes à Essen cette année, plus de 150 sont annoncées comme jouables en solo. Impressionnant non ?

Le jeu solo exciterait-il à ce point les auteurs et les éditeurs que presque un quart des jeux sont destinés à une pratique en solitaire ? Serions nous devenus des geeks comme les autres ? Allons nous enfin pouvoir jouer seul en public sans passer pour des asociaux congénitaux ?

Evidemment non.

Mais proposer une version 1 joueur est devenu un argument commercial : il faut dire qu’avec l’augmentation constante du chiffre d’affaires annuel des jeux de plateau, la concurrence est devenue rude, et désormais les jeux qui font ‘déco’ dans les ludothèques sont de moins en moins bien vus. Avec un jeu jouable en solitaire, l’éditeur peut toujours prétendre à l’acheteur que même s’il ne parvient pas à trouver des partenaires réguliers, il n’aura pas investi à perte, car dans le ‘pire’ des cas, il pourra jouer seul…

asocial-player

Bref, cela ne vous aura pas échappé, la mention « 1 joueur et + » sur la plupart des boîtes n’est pas une « garantie 100% solo », et il faut être vigilant sur ce qui se cache derrière l’étiquette.

Nous avons tenté de faire le tri et nous sommes parvenus à isoler 20 titres qui nous semblent suffisamment prometteurs pour une pratique solitaire digne de ce nom.

Pour faire simple, voici quelques critères que nous avons pris en compte :

Les critères de rejet :
  • le mode solo est un mode d’entraînement / d’apprentissage des règles.
  • le jeu propose des scénarios et moins de 30% des scénarios sont jouables en solo.
  • le mode solo demande d’être schizophrène.
Les critères gênants (mais non rédhibitoires) :
  • le mode solo consiste à faire le maximum de points de victoire.
  • le jeu comporte un mode compétitif prédominant.
  • le mode solo a été rajouté en ‘cadeau’ lors d’une campagne de financement participatif.
  • le temps d’installation du jeu est long (>15 mins).
Les critères favoris (mais non indispensables)
  • le mode solo a été intégré à la conception de base du jeu.
  • le joueur solo gère un seul personnage/entité.
  • il n’y a pas de joueur fictif (‘dummy player’) qui ‘simule’ un joueur absent.
Ces critères sont subjectifs, arbitraires et correspondent à une certaine pratique du jeu solo : ils nous ont permis de faire du tri rapidement d’autant plus que les jeux présentés à ESSEN sont pour la plupart très peu diffusés, voire même pas encore sortis. Les informations que nous avons sont donc limitées dans le meilleur des cas à des vidéos d’amateurs, ou à quelques articles parus sur internet.
L’an dernier, nous vous avions parlé de quelques succès comme GloomHaven, Terraforming mars, le plus controversé Anachrony, ou encore First Martians, espérons que de beaux titres émergeront encore de ce nouvel ESSEN !!

 


C’est par ici :

– Sélection partie 1/4, à venir !
– Sélection partie 2/4, à venir !
– Sélection partie 3/4, à venir !
– Sélection partie 4/4, à venir !

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*